Un été sous le regard du Seigneur

Chers paroissiens,

La période estivale qui débute permet de changer de rythme, et de réfléchir sur l’année écoulée :

Nous ne mesurerons jamais assez ce que représente le don de la grâce dans une âme. Elle est comme un soleil qui réchauffe et illumine toute notre personne. Elle est comme un feu ardent qui consume en nous jusqu’aux derniers vestiges du péché. « Celui qui doit venir après moi… vous baptisera dans l’Esprit Saint et dans le feu » (Math, 3,11). Elle nous rend justes, en nous établissant dans la réalité de l’Amour. Elle nous rend saints, en nous rendant participants de la nature divine. Elle nous rend agréables à Dieu, en nous constituant dans son amitié…

Nous ne mesurerons jamais assez ce que le sacrement de la pénitence ou de la réconciliation apporte comme paix à nos âmes. Outre le retour ou l’augmentation de la vie de Dieu en nous, le prêtre, qui donne l’absolution, donne à l’âme la grâce sacramentelle : c’est le coup de pouce pour ne pas retomber dans le même péché, pour surmonter la tentation qui choisira le point faible de notre âme.

Nous ne mesurerons jamais assez l’impact que nous avons sur le prochain. Il y a le bon côté de l’exemple donné auprès de ceux qui vivent avec nous, mais il y a aussi la réalité, malheureusement, de ces mauvaises attitudes qui font scandale. Que de chutes dont nous sommes responsables et dont nous ne nous rendons plus compte ! Je veux parler de ces attitudes, conseils, manières de vivre ou de s’habiller qui ne sont pas dignes d’une âme chrétienne.

Nous ne mesurerons jamais assez la responsabilité des parents qui ont charge d’âmes pendant les vacances : il ne faut pas confondre le repos et la distraction. Le vrai repos, c’est la cessation de toute espèce d’activité. Il se confond pratiquement avec le sommeil, au cours duquel se refont à la fois le corps et l’esprit… La distraction reste une occupation dont le but est de faire disparaître la tension qui accompagne le travail : elle est nécessaire pendant les vacances, car elle est comme une libération. La lecture, la musique, le travail manuel, les promenades permettront de reprendre des forces, pas le repos continuel !

Enfin, nous ne mesurerons jamais assez les bienfaits de la communion fraternelle : prenons le temps de se rencontrer, d’écouter, de jouer, et de rester en famille.

La notion chrétienne d’amour est riche de ses trois composantes, inséparables et hiérarchisées : désir (éros), amitié (philia), don de soi (agapè). Vaste programme pour renoncer à son égoïsme, à ses mauvaises habitudes d’indépendance et de repli sur soi !

Avec mes vicaires, nous vous souhaitons de vous ressourcer pendant ces deux mois d’été, et vous pouvez compter sur notre prière à vos intentions. N’oubliez pas de réserver la date du samedi 5 octobre, date de la rentrée paroissiale, avec la nuit d’adoration à Montmartre pour implorer la miséricorde du Seigneur sur chacun de nous.

Je vous bénis                                                  Abbé Renaud de La Motte, curé

Un Commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *