De 1870 à nos jours

L’histoire de la communauté de Notre-Dame des Armées s’est bâtie successivement sur deux points d’ancrage :

  • Elle fut d’abord, de 1870 à 1945, le Foyer du soldat, centre de vie et de formation spirituelle, encadré, « animé » réellement, par les Pères Eudistes, dans la dévotion aux Cœurs de Jésus et de Marie.
  • Puis à partir de 1973 elle est devenue le premier lieu à Versailles où était célébrée la messe selon la forme extraordinaire du rite romain – ou “messe traditionnelle”, “rite de Saint Pie V», «rite tridentin”, qui se distingue de la “Forme ordinaire du rite romain”, ou “nouvelle messe”, ou “messe de Paul VI”, célébrée dans la plupart des paroisses.

1973 : L’Avanda

Vendu par les eudistes à la mairie dans les années 60, le Foyer Notre-Dame des Armées fut d’abord transformé en Bureau d’Aide Sociale.

Colonel Pierre Rougevin-Baville

On évita, grâce à la bienveillance d’André Mignot, la destruction de la Chapelle. Mais, devant la menace de la partager en deux, pour n’en réserver que la partie haute, celle de l’orgue, pour le culte, et affecter la nef au service social municipal, le Colonel Pierre Rougevin-Baville, frère du Père Maurice Rougevin-Baville, crée en 1973 et dirige l’Avanda (Association Versaillaise des Amis de Notre-Dame des Armées). Il réussit du même coup à garder la liturgie selon le missel de 62, difficile à maintenir dans l’Église de France à cette période.
Une nouvelle fois, l’ancien « Foyer du soldat » remplit pleinement son office d’accueil et de résistance spirituelle : qu’il soit militaire ou désormais civil, tout français trouve là de quoi nourrir et transcender son identité de chrétien. Les nombreux ex-voto qui en tapissent le chœur attestent d’une dévotion fidèle et régulièrement récompensée des grâces et bienfaits du Ciel.

Dans ce contexte difficile de sauvegarde de la forme extraordinaire du rite romain au sein de l’Église, et dans la sphère d’influence musicale et sacrée, illustrée et menée avec génie par le Chanoine Gaston Roussel à la Cathédrale Saint-Louis, à la Chapelle du Château de Versailles et à Saint-Louis de Port-Marly, différentes personnalités enrichissent la vie de la chapelle : les abbés Chalvet (+ 1977), Marminia (+1979), Luc Lefèvre (+1987) , de Bailliencourt dit Courcol (+1990), et surtout, de manière permanente entre 1977 et 1995, le Chanoine Joseph Porta. A son service fidèle et dévoué, nous trouvons aussi, occasionnellement l’abbé Izimba, le Père Pochet, enfin et surtout le concours permanent du Révérend Père Roger Morandi (+2009), marianiste, qui y dirigea la Manécanterie des Petits Chanteurs de Saint-Charles, y laissant une empreinte profonde d’éducateur et de musicien de qualité.

1988 : Sous la juridiction de l’évêque

En 1988, lors des consécrations de quatre évêques faites par Monseigneur Lefebvre malgré l’interdiction du Pape Jean-Paul II, l’Avanda et la communauté des fidèles restent fidèles à Rome.
Cependant quelques-uns choisissent de suivre le mouvement de Monseigneur Lefebvre et quittent la chapelle Notre-Dame des Armées. l’Avanda se scinde en deux, les réserves financières sont partagées et les fidèles de la Fraternité Saint Pie X, après quelques temps, achètent la petite chapelle Notre-Dame de l’Espérance à Versailles.
A partir de ce moment-là, la chapelle Notre-Dame des Armées passe sous la juridiction de l’évêque de Versailles. Les liens avec le diocèse deviennent alors plus étroits.

Le 26 avril 1992, une étape symbolique de la vie de la communauté est franchie avec la bénédiction de la nouvelle sacristie par Monseigneur Thomas en présence de Maître André Damien, maire de Versailles et de nombreuses autres personnalités.

Inauguration de la sacristie

De 1995 à 2008, la chapelle bénéficie de l’apostolat des Pères Morandi (Marianiste) et Chalufour (Bénédictin), puis de l’abbé Duboscq (diocèse de Paris), mais aussi de prêtres de la Fraternité Saint-Pierre : les abbés Denis Coiffet (1995 à 1998), Denis Le Pivain (1998 à 2002), Laurent Guimon (à partir de 2002), aidés tour à tour par les abbés Meissonnier, Loiseau, Hygonnet, Journu, de Servigny et Cayla.

Avec les reliques de Ste Thérèse en 2006

1999 : l’Association Canonique de fidèles Saint-Jean Bosco

En 1999 l’évêque de Versailles érige la communauté de Notre-Dame des Armées en association canonique de fidèles.
Depuis 2008 les prêtres qui desservent la chapelle sont diocésains.

2017 : paroisse personnelle

Le 1er décembre 2017 eut lieu l’érection de la chapellenie Notre-Dame des Armées en paroisse personnelle pour la forme extraordinaire du rite romain.

L’abbé Renaud de La Motte est nommé premier curé de la paroisse. La cérémonie de son installation par Monseigneur Aumonier a eu lieu le dimanche 10 décembre à 10h30, avec la messe d’action de grâces.