Regarde-nous !

Chers Paroissiens,

Au Temple, Pierre et Jean montaient pour la prière de l’après-midi, à la neuvième heure. Un infirme de naissance leur demande l’aumône. Alors Pierre, ainsi que Jean, fixa les yeux sur lui, et dit : « Regarde-nous ! » (Actes 3,4),

« De l’argent et de l’or, je n’en ai pas ; mais ce que j’ai, je te le donne : au nom de Jésus Christ le Nazaréen, lève-toi et marche. »

Ce qui confirme le fait de la Résurrection, c’est le témoignage des Apôtres. C’est aussi celui des martyrs et de tous les premiers chrétiens. On sait que les Apôtres étaient d’abord incrédules : ils n’ont cru que sur l’évidence, et ils n’ont pu se tromper sur un fait qu’ils ont vu de leurs yeux et touché de leurs mains.

Non seulement ils ont cru, mais tous ont souffert la mort, pour attester leur foi en Jésus-Christ et en sa Résurrection. Malgré les menaces, les persécutions et la mort, les autres témoins de tous les temps en ont fait autant.

Et nous ?

Chaque jour, il nous est possible de redire autour de nous, dans nos familles et ailleurs : « Par ta victoire, Seigneur, sauve-nous ! »

– sauve-nous de la corruption du péché !

– sauve-nous en nous redonnant l’espérance !

– sauve-nous en nous montrant le chemin de vie !

– sauve-nous en nous donnant la joie !

L’annonce de la Résurrection faîte aux Saintes Femmes par les anges (Math 28,6) est une invitation au zèle missionnaire. Pourquoi cherchez-vous parmi les morts, celui qui est vivant ? Il n’est pas ici, Il est ressuscité !

Les anges indiquent à nos âmes les dispositions requises, la mentalité que nous devons avoir aujourd’hui :

– Rappelez-vous, comment il vous a parlé…

– Venez et voyez l’endroit où on l’avait mis…

– Allez-y promptement dire à ses disciples et à Pierre qu’il est ressuscité.

Et nous ?

Dieu nous demande d’annoncer et de témoigner que Jésus est juge des vivants et des morts. Tout homme qui croit en lui, reçoit par lui le pardon de ses péchés…

En ce mois de mai, demandons à Marie de nous enseigner la véritable humilité, la

patience et la charité pour toucher les cœurs les plus endurcis.

Saint Pierre nous en donne l’exemple dans son discours au Temple : « Vous avez renié le Saint et le Juste, et vous avez demandé qu’on vous accorde la grâce d’un meurtrier. » (Actes 3,14).

Il nous exhorte à la Foi dans le nom de Jésus Christ : « C’est ce nom lui-même qui vient d’affermir cet homme que vous regardez et connaissez. ».

Et il nous encourage à la miséricorde : « D’ailleurs, frères, je sais bien que vous avez agi dans l’ignorance, vous et vos chefs. ».

Je vous bénis                                                        Abbé Renaud de La Motte, curé

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.