Prier le Rosaire…

Chers paroissiens,

Le 13 octobre 1917, une foule d’environ 7 000 personnes était rassemblée autour des enfants de Fatima, auprès du chêne-vert, le lieu même où Notre-Dame apparaissait. La foule avait fermé les parapluies pour réciter le chapelet. « Que veut de moi votre Grâce ? » demande Lucie… « Je veux te dire que l’on fasse ici une chapelle en mon honneur. Je suis Notre-Dame du Rosaire. Que l’on continue à réciter le chapelet tous les jours ». A la demande de Lucie de guérir les malades et les pécheurs, Notre-Dame répond : « les uns, oui, les autres, non. Il faut qu’ils se corrigent, qu’ils demandent pardon de leurs péchés. Que l’on n’offense pas davantage Dieu, Notre-Seigneur, car il est déjà trop offensé. »

Alors que le bilan sanitaire et économique est désastreux, du fait de la pandémie qui frappe le monde depuis 8 mois, avec les souffrances de nos Anciens qui ont été abandonnés dans un désert spirituel, et affectif, il est désolant de constater que le monde ne change pas, à commencer par nous-mêmes. Début octobre, il sera discuté de l’élargissement de l’accès à l’Interruption Volontaire de Grossesse. En effet, il sera demandé l’ajout du critère de « détresse psychosociale » pour recourir à une interruption médicale sans délai, l’allongement des délais de l’avortement médicamenteux à domicile de 5 à 7 semaines, et la suppression de la clause de conscience spécifique des personnels de santé. « Que l’on n’offense pas davantage Dieu, Notre-Seigneur, car il est déjà trop offensé. »

Le Rosaire, récité en famille, permet de réparer toutes ces offenses faites au don le plus précieux que nous ayons : la Vie. Avec le Rosaire, nous nous sauverons, nous nous sanctifierons, nous consolerons Notre-Seigneur et obtiendrons le salut de beaucoup d’âmes.

Un auteur spirituel affirme qu’après la messe, le Rosaire est une des plus belles prières et des plus efficaces, à condition d’en vivre véritablement. C’est tout le Credo qui passe sous nos yeux, non pas de façon abstraite, mais de façon concrète par la vie du Christ, qui descend vers nous et remonte vers son Père pour nous conduire à lui. Chacun des mystères rappelle une vertu, surtout l’humilité, la confiance, la patience et la charité. Le Rosaire est une école de contemplation car il nous élève peu à peu au-dessus de la prière vocale. Comme l’aigle arrivé au sommet des airs par un mouvement en spirale, ou l’hirondelle pour s’élever très haut, l’ascension de notre âme vers Dieu se fait sans fatigue, et de manière assurée. Durant ce mois d’octobre, invoquons Marie, Mère de Miséricorde, par la récitation du chapelet !

Ayons confiance en Marie qui nous permettra de dépasser les simples sentiments de pitié sensible devant notre propre misère, nos démissions ou faiblesses face au mal qui gagne dans le monde. Il s’agit d’avoir la volonté spirituelle de porter notre regard vers le Dieu Tout-Puissant et Bon qui, par le Christ, est vainqueur du péché et de la mort !

Je vous bénis                                                        Abbé Renaud de La Motte, curé

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *