Prendre soin de son âme…

Chers paroissiens,

« Dieu a créé l’homme immortel ; Il l’a fait à l’image de ce qu’il est lui-même » (Sag 2,23).

Après une année riche en événements dont nous avons encore à faire la relecture, ces deux mois d’été s’offrent à nous avec un changement de rythme. Voici quelques éléments de réflexion qui nous permettront de faire ce travail.

  • Notre âme est une substance spirituelle : elle est immatérielle, c’est à dire inétendue, indivisible, sans aucune des propriétés sensibles de la matière et, par conséquent, elle n’est pas perceptible par les sens. Elle peut subsister en dehors du corps, c’est à dire qu’elle est par soi indépendante de la matière, et que la dissolution des organes matériels et du corps lui-même n’entraîne pas celle de l’âme. Quelle priorité donnons-nous à l’âme ou au corps ?
  • Jésus promet à ses disciples de leur envoyer l’Esprit-Saint après son Ascension. Ainsi Il ne nous abandonne pas, et demeure parmi nous d’une manière renouvelée. « Si vous m’aimez, vous garderez mes commandements ; et je prierai le Père et il vous donnera un autre Paraclet, pour qu’il soit avec vous à jamais, l’Esprit de Vérité, que le monde ne peut pas recevoir, parce qu’il ne le voit pas ni ne le reconnaît. Vous, vous le connaissez, parce qu’il demeure auprès de vous, et qu’il est en vous » (Jn 14, 15-17)
  • Cet autre Paraclet n’est autre que Jésus lui-même, victime expiatoire, pour intercéder auprès du Père, au nom de ses frères, les hommes.
  • Pour ne pas craindre et aller vers nos frères, Jésus Sauveur a intercédé pour les pécheurs, il a demandé grâce pour ceux qui étaient ennemis de Dieu. Jésus nous obtient une volonté totalement unie à Dieu.
  • Le prophète Ezéchiel en fixe l’objectif : « Je vous donnerai un cœur neuf et je mettrai en vous un esprit neuf ; j’enlèverai de votre corps le cœur de pierre et je vous mettrai un cœur de chair » (Ez 36,26)
  • Ce travail de conversion nous concerne au premier chef, et aussi nos frères. La volonté du Père est de faire grâce aux pécheurs que nous sommes, et ce travail de purification est l’œuvre de l’Esprit-Saint.
  • Plus que jamais, comprenons l’enjeu du zèle missionnaire : il s’agit de demander la docilité à l’œuvre de l’Esprit, plutôt que de chercher à reproduire tel ou tel schéma de la sainteté que nous pourrions avoir, schéma forcément trop humain !
  • Pendant ces deux mois d’été, prenons le temps de prier, seul, mais aussi et surtout en famille.
  • Choisissons de prendre du temps pour méditer la Parole de Dieu, pour mieux nous imprégner de l’esprit de Jésus.
  • Enfin, goûtons avec plus de ferveur, communions à Jésus Eucharistie, nourriture de notre âme et secours dans les difficultés.

Je vous bénis,                             Abbé Renaud de La Motte, curé

 

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *