“Saint, saint, saint est Yahvé des Armées !”

Chers paroissiens,

Le prophète Isaïe raconte sa vocation au chapitre VI :

  • « Saint, saint, saint est Yahvé des Armées ! Toute la terre est pleine de sa gloire » criaient les Séraphins.
  • Je dis : « Malheur à moi ! Je suis perdu ! Car je suis un homme aux lèvres impures et j’habite au milieu d’un peuple aux lèvres impures ; et mes yeux ont vu le Roi Yahvé des Armées ! »

L’un des Séraphins vola vers moi, ayant dans sa main une pierre brûlante qu’il avait prise avec des pinces de dessus l’autel. il lui fit toucher ma bouche et dit : « Vois, ceci a touché tes lèvres : ta faute est écartée et ton péché expié. »

  • Je dis : « Me voici, envoie-moi. »

Le vieux prêtre Zacharie brûle de l’encens, dans le service du Temple :

  • pendant ce temps, l’Ange Gabriel, messager du Seigneur, apparaît à Zacharie et lui annonce la naissance d’un fils qui sera le Précurseur du Messie. Jean le Baptiste sera le premier représentant d’une nouvelle ère de la relation de Dieu avec son Peuple.
  • Zacharie n’est pas prêt pour cette intervention de Dieu. Il devra garder la bouche fermée jusqu’au moment où il acceptera la promesse de Dieu du Sauveur.

Le temps de l’Avent offre à nos âmes la grâce de disposer nos cœurs à la venue de Jésus-Sauveur. Il s’agit de croire en l’Amour et la Miséricorde pour nous qui sommes si faibles et pécheurs. Laissons-nous toucher par la grâce, humblement, sous peine de devenir muets devant le mystère de la venue de l’Enfant-Jésus.

  • En Jésus, l’Intelligence divine, le Verbe, le Logos se fait chair. (Jo 1,14)
  • Dieu vient à la rencontre de l’homme, avec ses joies et ses peines.
  • Il vient, jusqu’à se faire nourriture dans l’Eucharistie.

Il s’agit de participer à la métamorphose des relations humaines. La révolution de l’Amour n’est pas seulement une solidarité naturelle. Jésus nous invite à changer nos mentalités.

Jésus ne commande pas seulement qu’on aime son prochain autant que Dieu, mais

qu’on l’aime « comme je vous ai aimés. » (Jo 15,12)

D’ici le soir de Noël, prenons le temps de prier en famille devant la crèche, pour entrer un peu plus dans le mystère de Dieu qui prend soin de chacun de nous, par un acte de gratuité totale. Amen ! 

Je vous bénis                                                        Abbé Renaud de La Motte, curé

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.