Marie, Secours des chrétiens, priez pour nous

Chers paroissiens,

Le secours est l’effet de l’amour.

Une âme qui aime est capable de porter son regard hors d’elle-même pour le poser sur celle qui souffre tout spécialement. Ou, tout simplement, sur celle qui est à côté d’elle.

Le Seigneur nous rappelle, par la vertu de charité que nous recevons au baptême, le souci de veiller à celui qui peine : ce qui lui arrive ne me laisse pas indifférent, car je pourrais moi aussi en être touché. Et puis, ce souci qui arrive à mon ami, c’est comme s’il m’arrivait à moi.

Marie a la plénitude consommée de la charité, qui dépasse celle de tous les saints et les anges réunis. Elle aime chacun de nous, d’une manière toute spéciale. Elle connaît le prix de chaque âme. Elle ne cesse de mesurer ce que son Fils Jésus a enduré par amour pour nous.

D’où l’exhortation de saint Bernard : « Si le vent des tentations s’élève contre toi, si le torrent des tribulations cherche à t’emporter, regarde l’étoile, invoque Marie. Si les flots de l’orgueil et de l’ambition, de la médisance et de la jalousie te ballotent pour t’engloutir dans leurs tourbillons, regarde l’étoile, invoque la Mère de Dieu. Si la colère, l’avarice ou les fureurs de la concupiscence se jouent du frêle navire de ton esprit et menacent de le briser, tourne tes regards vers Marie. Que son souvenir ne s’éloigne jamais de ton cœur et que son nom se trouve toujours sur ta bouche… Mais pour profiter du bénéfice de sa prière, n’oublie pas que tu dois marcher sur ses traces. » (Deuxième homélie sur le Missus est).

Marie a été souvent le secours, non seulement de chaque âme en particulier, mais aussi des peuples chrétiens. Prions-la pour notre pays, nos familles, notre paroisse.

Le « Salve Regina » chanté chaque jour en famille redit à Marie notre espérance. Elle est l’expression vivante et l’instrument de la Miséricorde. Notre misère et nos pauvretés ne lui font pas peur. Jésus-Sauveur, son Fils, est là pour nous aider.

Ô Marie, donnez-nous cette confiance parfaite !

Ô Marie, donnez-nous la joie ! Vous êtes la cause de notre joie !

Avec mes confrères, je vous souhaite une bonne reprise, avec beaucoup de grâces.

Bienvenue aux nouvelles familles qui arrivent dans la paroisse : nous avons hâte de faire connaissance et nous avons besoin de vous…

Je vous bénis                                                        Abbé Renaud de La Motte, curé

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.