“Lumen ad revelationem gentium…”

Chers paroissiens,

Comme le buis béni le jour des Rameaux, ou comme l’eau bénite, le cierge de la Chandeleur est un sacramental destiné à nous assurer la protection de Dieu. C’est avec de vifs sentiments de foi, d’humilité et de confiance que nous demanderons au Seigneur qu’Il veille sur chacun de nous. Voici ce que le prêtre demande au moment de la bénédiction des cierges : servir à la sanctification des hommes, à la guérison des corps et des âmes.

Le cierge de la Chandeleur doit nous rappeler le cierge qui nous a été remis le jour de notre baptême, « afin que, nous a dit le prêtre, lorsque le Seigneur viendra vous convier aux Noces éternelles, vous puissiez aller à sa rencontre avec tous les Saints ». Il faut allumer ce cierge au chevet des mourants. Le Christ est la vraie lumière qui éclaire tout homme venant dans ce monde. Sa flamme chasse l’obscurité de la nuit : nous en avons tout spécialement besoin en ce moment où beaucoup semblent avoir perdu le véritable sens de leur vie.

La vie de la grâce transforme nos âmes : elle est comme la lumière qui devient notre partage et qui pénètre toute notre vie. Elle nous change en foyers lumineux : à nous de la réfléchir et de la disperser comme resplendit et rayonne le cristal frappé des feux du soleil…

Saint Paul parle du baptême comme un symbole d’illumination spirituelle : soyons sans reproches, simples, enfants de Dieu, irrépréhensibles au milieu du monde.

Je vous bénis,

Abbé Renaud de la Motte, curé

Un Commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *