La demeure de Jésus en Egypte

Chers paroissiens,

Considérons l’extrême pauvreté dans laquelle Marie et Joseph vécurent avec Jésus le Fils de Dieu, pendant leur demeure en Égypte. Ils ne subsistaient que du travail de leurs mains, et ils prenaient tout également de la main de Dieu. Quel abandon !

L’obéissance leur tenait lieu de richesses, la patience de commodités, la piété de consolations, n’ayant devant les yeux que la seule volonté de Dieu.

Si nous craignons Dieu, si nous fuyons le péché et si nous choisissons le bien, nous aurons des biens en abondance. Les incommodités de la vie sont les nourrices de la vertu, ne fuyons pas leur compagnie, car elles font partie de notre vie.

Considérons la profonde humilité que Jésus pratique dans son exil. Que fait-il dans un pays où il est inconnu ? Pourquoi y demeure-t-il si longtemps sans gloire, sans honneur ? Certainement pour nous apprendre le mépris du monde et la parfaite indifférence par rapport à ce que la Providence nous réserve. L’amour-propre se fâche d’être dans l’inaction, dans le mépris et l’oubli. « Je suis tombé dans l’oubli, comme un mort, loin des cœurs ; je suis comme un vase mis au rebut» (Ps 30,13). O Jésus, faites que je recherche votre compagnie, que je m’approche de vous jour après jour, Vous êtes ma joie et vous servir, c’est régner.

Considérons le zèle de Jésus pour chacun de nous. Dans la solitude, le Cœur de Jésus brûle pour notre salut et pour la gloire de son Père. Il compatit à l’aveuglement et à la misère de tous ceux qui ne le connaissent pas. Il souffre de voir les hommes se perdre, et se soumettre au joug des idoles… s’il ne verse pas encore son sang, il verse déjà des larmes en abondance. Ne faisons pas de calculs trop humains et n’oublions pas que l’Égypte a aussi reconnu le Seigneur, par la multitude de martyrs, de confesseurs et de vierges !

O divin Enfant, vous savez récompenser largement les petits services qu’on vous rend à travers le prochain !

Venez loger dans mon cœur, pour le transformer et le rendre semblable au vôtre !

Avec mes confrères, nous vous souhaitons beaucoup de grâces de bonheur et de sainteté, et nous restons disponibles auprès de vous et de vos chères familles.

Que Notre Dame des Armées vous protège !

Bonne et Sainte année 2023 ! 

Je vous bénis                                                        Abbé Renaud de La Motte, curé

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.