“Heureux les pauvres de coeur, car le Royaume des Cieux est à eux” (Math 5,3)

Chers paroissiens,

Le mystère de la crèche est une invitation à ne pas rester à une mesure humaine. Jésus, le Fils de Dieu, trace le chemin pour regarder là-haut, vers le ciel.

Il s’agit de s’enraciner dans la sagesse de Dieu, en rompant avec celle des hommes. Ne plus se contenter des promesses du monde, et porter notre espérance vers le royaume des cieux. La crèche, en ce sens, ne doit pas cesser de nous étonner. Les yeux de la Foi permettront d’effectuer le choix radical de Dieu, le seul qui puisse répondre à notre soif de bonheur. N’oublions jamais que notre âme est créée à l’image de Dieu. Il sait bien comment répondre à notre attente.

C’est là tout le drame de la liberté de l’homme : le choix de Dieu dans nos existences reste la porte, le passage obligé pour sortir de soi et pour grandir.

Pour bien comprendre les choses, la crèche nous enjoint de changer, en renonçant au plaisir qui est à notre portée, pour entrer dans le sanctuaire de Dieu, par son Fils, Jésus le Christ, qui nous demande de le suivre par une obéissance confiante.

Demandons la grâce de commencer par imiter Jésus dans sa pauvreté voulue et assumée :

  • de riche, Jésus s’est fait pauvre. (2 Cor 8,9)
  • Forme de Dieu par nature, Jésus prend la forme de l’esclave. (Phil 2, 6-7)
  • Jésus renonce à la joie, Il endure la croix. (Heb 12, 2)

Pour une véritable conversion du cœur, qui doit se traduire par la sainteté de la vie, les circonstances actuelles de notre quotidien, ou, pour dire les choses autrement, le monde actuel nous réserve beaucoup de surprises. Elles sont salutaires : elles nous invitent à réaliser que nous sommes bien pauvres par nous-mêmes. Cette sorte d’incapacité qui se manifeste, induit dans nos cœurs cet appel au Messie. Seigneur, venez dans nos vies, dans nos familles, dans notre pays et dans le monde. Adveniat Regnum Tuum !

  • Jésus, le petit Enfant de la crèche, proclame heureux les affligés, les pauvres, ceux que l’on hait.
  • Jésus, le petit Enfant de la crèche, proclame malheureux les riches, les rassasiés, les rieurs et ceux dont on dit du bien.
  • Jésus, le petit Enfant de la crèche, commande l’amour des ennemis et la prière pour les persécuteurs.
  • Jésus, le petit Enfant de la crèche, exige d’être parfait comme le Père Céleste est parfait.

Demandons la grâce insigne d’avoir le courage de nous enraciner dans la sagesse de Dieu. Elle se dévoile dans le mystère du Verbe incarné.

Avec mes confrères, nous vous adressons tous nos vœux et notre prière pour la nouvelle année 2024.

Prions les uns pour les autres.

Avec notre dévouement sacerdotal,

Je vous bénis                                                        Abbé Renaud de La Motte, curé

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.