“Pais mes agneaux” (Jean 21, 15)

Chers paroissiens,

Nous voilà à l’aube d’une nouvelle année scolaire, et il faut bien reconnaître que, plus ou moins secrètement, nous nous demandons comment elle se passera.

Quelques principes pourront nous aider à garder le cap sur l’essentiel. La paroisse sera là pour vous aider, vous soutenir, mais non pas pour prendre les bonnes dispositions à votre place ! Le Seigneur veille, Il nous donne sa grâce, mais Il demande que nous restions les acteurs de notre propre avenir.

Au cours des dernières décennies, avec une accélération ces derniers mois, notre pays, mais aussi nos familles doivent faire face à de nouveaux et graves défis. La transformation du monde, et le rapide changement social ont pour conséquence la perte de visibilité des valeurs catholiques. Sommes-nous encore écoutés, ou même connus ? La perte de la foi, et la rupture dans son enseignement sont devenus réalité, non seulement pour les autres, mais aussi dans nos propres familles.

Cependant, nous voyons venir frapper à la porte de notre paroisse des âmes qui recherchent le Christ, son chemin pour le Ciel. Elles sont de plus en plus nombreuses et elles ont soif !

« Tout pouvoir m’a été donné au ciel et sur la terre. Allez donc ! De toutes les nations faites des disciples, les baptisez au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, leur apprenant à observer tous les commandements que je vous ai donnés. Et maintenant, moi, je serai avec vous toujours, jusqu’à la fin du monde » (Matthieu 28, 18-20).

Avec générosité, reprenons, intensifions les pratiques sacramentelles et de dévotion qui soutiennent la foi et lui permettent de croître, comme par exemple la confession fréquente, la prière quotidienne et les retraites annuelles. Renonçons à adopter des façons de penser et à considérer les réalités séculières sans référence suffisante à l’Evangile.

La rencontre avec l’Eglise, notamment pour les plus jeunes, devrait toujours porter du fruit dans une rencontre personnelle et vivifiante avec Jésus-Christ. Nos enseignements devraient toujours témoigner de la véritable charité qui vise la sainteté, la vérité dans nos paroles, celle qui nourrit les intelligences et les cœurs.

Cela dépend de chacun de nous. « La foi naît de la prédication, et la prédication se fait sur la parole du Christ » (Romains 10, 17). Au travail, donc, avec la fidélité à la grâce de notre baptême, et soyons missionnaires !

Avec mes confrères, nous vous assurons de nos prières et de notre dévouement sacerdotal.

Je vous bénis                                                        Abbé Renaud de La Motte, curé

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *