Coopérer à la vocation divine….

Chers paroissiens,

Nous ne savons pas encore ce que le Seigneur va nous réserver pour cette année 2022…

L’année passée a été riche en événements ; elle nous a bousculés, étonnés, découragés ou au contraire stimulés. Le moins qu’on puisse dire, c’est que nous nous sommes vus comme sortis de nos habitudes, et comme obligés de compter un peu plus sur la Providence…

Regardons les Rois Mages qui cherchaient la bonne étoile. Ils n’ont pas hésité à tout quitter pour suivre cet astre mystérieux qui parut en Orient.

Comme eux, qui ont reçu la grâce intérieure qui les excitait secrètement à chercher Jésus-Christ, chacun de nous doit se dire qu’il n’est pas lui seul la cause de son salut et de son bonheur, mais que c’est la grâce de Dieu qui coopère avec notre liberté dans l’affaire de notre salut.

En ce début d’année, pour ce qui concerne notre liberté, nous pouvons formuler cette prière :

O Dieu tout-puissant et éternel, faites par votre grâce que notre liberté vous soit toujours entièrement consacrée : pressez nos volontés, quoique rebelles, d’aller à vous, afin que nous servions votre Divine Majesté d’un cœur sincère et fidèle.

En ce début d’année, pour ce qui concerne aussi notre liberté, nous pouvons redire notre attachement à la messe :

Le saint curé d’Ars disait : « Si l’on savait ce que c’est que la messe, on en mourrait. Pour célébrer dignement, il faudrait être un saint. Quand nous serons au ciel, nous verrons ce qu’était la messe, et combien souvent nous l’avons dite sans le respect, l’adoration et le recueillement voulus ».

L’Imitation de Jésus-Christ (livre IV, c.8) invite le prêtre et les paroissiens à joindre à l’oblation de la sainte victime l’offrande personnelle de toutes leurs épreuves pour le salut des âmes : « le Seigneur dit, de même que sur la croix, je me suis offert moi-même spontanément à Dieu le Père pour tes péchés, les mains étendues et le corps nu (…), offre-toi à moi et donne-toi tout entier à Dieu et ton offrande sera agréée ».

Demandons la grâce, en ce début d’année, d’assister à la messe avec une foi toujours plus pénétrante, une espérance plus ferme, un amour de Dieu et des âmes plus pur et plus fort. Que chacune de nos communions soit plus fervente et plus féconde que la précédente : car chacune d’elles doit augmenter en nous la charité !

Que tes œuvres sont belles, Seigneur ! Dieu est un artiste et l’univers est son œuvre d’art.

Une œuvre d’art représente l’esprit de l’artiste. La beauté implique trois conditions :

  • l’intégrité, car les choses cassées sont laides ;
  • l’harmonie, car les choses bien proportionnées sont agréables ;
  • la clarté et la couleur, qui en sont une manifestation éclatante.

Bonne et Sainte Année avec beaucoup de grâces.  

Je vous bénis                                                        Abbé Renaud de La Motte, curé

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.