Notre-Dame des Armées Versailles
http://notredamedesarmees.com/Charles-Journet-La-transcendance
      Charles Journet, La transcendance du mystère et les tensions (...)

Charles Journet, La transcendance du mystère et les tensions liturgiques

"La messe, présence du sacrifice de la Croix", 1958, p. 317 – 319.


Dilemmes liturgiques

1. Le mystère de la Messe est au-dessus de ses expressions liturgiques. Si légitimes et nécessaires soient-elles, elles lui demeurent par nature inadéquates. Elles ne représentent que des vérités partielles ; une tension va se créer entre elles.

Faut-il d’abord insister dans la liturgie sur le rôle primordial, enveloppant, souverainement efficace du sacrifice du Christ ? Faut-il au contraire mettre l’accent sur le rôle secondaire du sacrifice de l’Église et de la participation des fidèles ?
Faut-il d’abord souligner extérieurement ce qui sépare le prêtre des fidèles, à savoir le privilège divin et inaliénable du pouvoir d’ordre ? Faut-il plutôt marquer extérieurement la grâce d’union au Christ, et par surcroît de communion entre eux, de tous les fidèles, prêtres et laïques, plus divine encore, et fin dernière du pouvoir d’ordre ?
Faut-il d’abord veiller à la fixité, à la solennité, à la poésie de la langue liturgique ? Faut-il plutôt se jeter aux langues profanes ?
Faut-il adorer en silence le mystère ineffable de la rédemption du monde rendu présent au milieu de nous ? Faut-il plutôt le faire acclamer par la foule ?
Faut-il d’abord prêcher la sainteté inimaginable de la communion sacramentelle et la préparation qu’elle requiert si l’on ne veut pas, en la recevant, s’exposer à manger et à boire sa propre condamnation ? Faut-il insister plutôt sur la misère d’un peuple qui doit tout mendier de la communion sacramentelle, jusqu’à la préparation et jusqu’au désir même de cette communion ?

Je gravis les degrés de tes miséricordes - de chute en chute
J’apprends à connaître ton humble cœur dans mes fautes
 
Et ta douceur insoutenable - agneau de Dieu
Qui liquéfie ce qu’elle touche ou le détruit comme le feu...

Faut-il s’exalter mutuellement et se perdre dans l’esprit de la foule par le chant et l’incessante alternance des exercices collectifs ? Faut-il plutôt fermer la porte sur soi, entrer dans son intérieur, s’interroger sur la vérité de sa propre foi, de son espérance, de sa charité ?
Faut-il accepter le chant et la musique comme moyens d’ouvrir l’âme à la prière et aux choses divines, comme le faisait saint Thomas ? Faut-il plutôt signaler les dangers de dissipation qu’ils comportent, comme le faisait saint Augustin, mais après nous avoir confié combien il avait lui-même pleuré à Milan, en entendant les suaves mélodies de l’Église ?

2. On le voit, les tensions qui ont donné naissance aux divers rits reparaissent à l’intérieur d’un même rit. Au regard de la foi et de la contemplation, le mystère de la rédemption continué en chaque Messe est un, parfait, immuable, infiniment simple, embrassant dans son horizon l’universalité du temps et de l’espace, absolument transcendant par rapport à ses formes liturgiques qui ne peuvent avoir qu’une valeur secondaire.

Mais le bon ordre et la vie de la communauté ecclésiale ont besoin précisément de ces formes liturgiques ; elles font l’objet du pouvoir pastoral, qui doit avoir souci des préoccupations changeantes des fidèles, et dont la loi est d’avancer dans le temps et dans l’espace à la façon dont on marche, en appuyant tour à tour sur l’un ou l’autre aspect du mystère. Chacune de ces formes liturgiques partielles et temporaires aura servi loyalement quand elle aura contribué à introduire une âme fidèle dans l’univers de Dieu qui la dépasse.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Agenda